presentation

Conseils pour la négociation immobilière côté acquéreur (2nd partie)


Dans la 1re partie du conseil pour une négociation efficace lors d’un achat immobilier, nous avions abordé le bon moyen d’évaluer le marché immobilier et le moment où la négociation commence. Nous allons nous intéresser ici à la négociation pure : quel montant pour l’offre d’achat et comment obtenir le meilleur prix.

 

Les fondamentaux

 
Chaque vente ou achat est unique, car chaque vendeur et chaque acquéreur est unique. Cependant, le marché dans lequel il se situe, lui, possède ses spécificités qu’il impossible de vouloir nier.
Le vendeur a une marge de manœuvre, somme toute, assez réduite. C’est le marché qui impose ses lois.

 

L’offre d’achat : quel montant ?
 

 

L’entame de la négociation, à proprement parler, commence au moment de la rédaction de l’offre. Bien évaluer le montant de celle-ci est important, car toute la négociation en découlera.
La première question à se poser : quelle est la valeur du bien convoité ?

 

Evaluer la valeur d’un bien immobilier :


Demandez à votre notaire de vous indiquer des prix réels de vente pour des biens similaires et dans le même quartier. Vérifiez si les prix indiqués sont nets vendeur. Si c’est le cas, il faudra ajouter 5% à ces prix. Attention : il est très difficile de savoir si ces prix concernent des appartements qui ont eu besoin de travaux plus ou moins lourds. Pour information : la rénovation d’un appartement s’évalue environ à 1 500 €/m² alors que des travaux de rafraîchissement peuvent coûter 300 €/m².


En parallèle, vous pouvez réaliser une évaluation en ligne (voir ici).


Enfin, consultez le baromètre immobilier des notaires. Vous y trouverez les prix moyens au m² par commune et département.

 

Montant de l’offre :


Vous avez valorisé l’appartement de vos rêves. Allez-vous proposer une offre inférieure ? Nettement inférieure ? Etes-vous prêt à payer le prix demandé ?


Prenez le plus de renseignements possibles sur le vendeur. Est-il pressé de vendre ? Est-ce une succession ? Qui sont les décisionnaires ? Pourquoi vendent-ils ?...


A vous de sentir à quel point les vendeurs pourraient accepter de baisser leur prix.

 

Suite de la transaction


Négocier jusqu’à 5% du prix de vente est très courant, entre 5 et 10% moins fréquent et au-dessus de 10% rare.


Une offre d’achat négociée est rarement acceptée directement. Elle entraînera souvent une contre-proposition. Visez donc en dessous du prix auquel vous êtes prêt à payer.


Et faites attention, lorsque le marché est fortement demandeur et peu offreur, il faut savoir réagir vite et parfois acheter au prix.

Parlez-moi de Paris
Tél. + 33 1 55 95 67 18